Foire aux questions

Soumis par lionel le sam 25/07/2020 - 09:35

 

L'application (programme)

  • Comment ça marche ?

L'application s'installe sur le portable, la tablette ou l'ordinateur fixe. Il suffit juste de se mettre en relation avec d'autres personnes pour commencer à participer. Pour ceux qui débutent sans avoir de contact, des salons de discussion par thème seront ouverts pour établir des premiers contacts;

  • Quel est le coût ?

C'est totalement gratuit, sans publicité et sans revente de données. Le système fonctionnera grâce à des reventes de vrais sondages et des partenariats avec d'autres organismes.

 

Sécurité, confidentialité

  • Pourra-t-on connaître nos idées politiques, pour qui on a voté, etc ?

Non ! C'est une réponse catégorique. Vous-même n'aurez pas accès à vos différents votes. Si quelqu'un veut, par la fraude, connaître vos idées politiques, il lui sera plus facile de vous appeler chez vous par téléphone et de se faire passer pour un institut de sondages, plutôt que d'essayer de pirater le programme informatique !

  • Le réseau va se faire hacker, des « bots » pourront fausser les résultats ?

C'est un point sur lequel nous serons très vigilants. Toutefois, le fait que ce réseau repose sur des mises en relation de personnes physiques à la base devrait limiter la portée de ces attaques. En résumé : oui, il y aura des tentatives extérieures, mais celles-ci seront limitées à leurs propres champs locaux, donc avec un impact mineur.

 

Le projet

  • Où en est le projet ?

Au démarrage : recrutement du programmeur et recherche des financements lancés conjointement.

  • Le projet pourrait-il échouer, et si oui, comment ?

- Par une lenteur à mettre le programme en place, qui ferait qu'il ne soit pas prêt avant les élections de 2021. Ces élections (départementales et régionales) sont celles qui sont le plus susceptibles de rapporter de l'argent, car ce sont des individus, des personnes qui veulent entrer en politique, qui vont devoir « jouer des bras » pour être placés en place éligible, ou encore pour obtenir une meilleure lisibilité de leur liste via des sondages non potentiellement biaisés.

- Par un rachat extérieur : ce projet est dangereux pour les sociétés financières, car en fonction des gens qui seront élus (en 2022 cette fois), le montant de leurs taxations changera énormément. Un exemple : prenez un libéral comme Macron qui supprime l'ISF, ce sont des milliards que ces sociétés gagnent. Ces mêmes milliards pourraient être perdus en fonction du président suivant. Donc pour ces sociétés financières, il peut être intéressant de racheter cher le projet Sondyn, pour le faire capoter.